Articles de presse

Le cannabis pourrait relancer l’économie dans le Pontiac

RADIO-CANADA

L’entreprise LiveWell Canada – qui se spécialise dans la production alimentaire – compte investir 100 millions de dollars en Outaouais et dans l’Est ontarien, et plus particulièrement dans la MRC de Pontiac, pour cultiver du cannabis. Ces projets pourraient donner un coup de pouce majeur à l’économie locale, qui a été mise à mal avec le déclin de l’industrie forestière.

La petite municipalité de Litchfield est l’un des secteurs dans la mire de l’entreprise. Jusqu’ici, LiveWell a déboursé des millions pour son futur terrain qui doit y être construit. Elle compte y établir un centre de recherche, d’innovation et de production du cannabis.

Ces installations, qui couvriront près de 600 000 pieds carrés, permettront de développer divers produits dérivés comme l’huile de cannabis, en plus de faire de la recherche. Les travaux seront lancés dès que la transaction sera officialisée.

LiveWell promet de créer 500 emplois avec ses projets, ce qui provoquerait un changement majeur dans le secteur de Litchfield, puisque le village compte environ 450 habitants.

Pour la mairesse de l’endroit, Colleen Larivière, le pessimisme fait désormais place l’optimisme.

Ça sauve le Pontiac […] c’est énorme.

Colleen Larivière, mairesse, Litchfiled
Une femme en entrevue à la caméra devant des drapeaux.

La mairesse de Litchfield, Colleen Larivière, pense que l’arrivée de la culture de marijuana dans sa région permettra de raviver l’économie. Photo : Radio-Canada

C’est que les dernières années ont été difficiles dans le Pontiac, l’une des régions les plus pauvres du Québec, avec la chute de l’industrie forestière.

À Litchfield, par exemple, la fermeture de l’usine de l’entreprise Smurfit-Stone en 2008 a donné un coup dur à la municipalité. Les activités de la compagnie généraient des revenus de plus de 300 000 $ à la Ville de Litchfield, qui elle, a un budget total d’un million.

« On doit survivre dans le Pontiac et c’est immense ce qui s’en vient. On va collaborer avec eux et on va essayer de travailler ensemble », relate Mme Larivière.

L’entreprise prévoit également un projet de développement immobilier pour accompagner son centre de recherche et de production.

« Il faut être prudent, parce que je comprends très bien qu’il y a des gens dans les régions [qui ont vu arriver] des entreprises avec des projets et ça n’a pas abouti », indique le directeur général de LiveWell pour le Québec, Michel Lemieux. « Nous, on préfère arriver avec le principe des petits pas. Chaque étape qu’on fait, c’est solidifié, c’est assuré, c’est appuyé. »

Un homme en entrevue dans une serre en contruction.

Michel Lemieux dit comprendre les inquiétudes de certaines personnes du Pontiac qui ont des doutes devant l’arrivée de LiveWell dans leur région. Photo : Radio-Canada

Production sur deux fronts

LiveWell mise aussi sur ses infrastructures en Ontario pour démarrer sa production de cannabis.

Ses serres consacrées à la production de concombres commencent déjà à être converties en centre de production de marijuana.

« Dans nos grandes serres, nous disposons de 544 000 pieds carrés. Il y a une variation mineure qui a été approuvée par la Ville [d’Ottawa] qui ajouterait 144 000 pieds carrés, portant le total à 688 000 », explique le directeur général de LiveWell Canada, Seann Poli.

Un homme dans une serre en construction.

Sean Poli affirme que les serres, une fois converties, auront une superficie d’environ 688 000 pieds carrés. Photo : Radio-Canada

L’ambition de l’entreprise LiveWell ne s’arrête pas là, puisqu’elle compte s’inscrire en bourse dans les prochains mois, en plus d’avoir déjà déménagé son siège social d’Ottawa à Gatineau. L’ancien député fédéral de Pontiac, ministre conservateur et ambassadeur Lawrence Cannon siégera au conseil d’administration.

« Je pense que nous devons être prêts à répondre à la croissance du marché et l’opportunité est là. Heureusement, nous avons le leadership et la vision pour faire cela. Nous avons suivi le rythme de l’industrie et l’industrie augmente de façon spectaculaire », note le président de LiveWell Canada, David Rendimonti.

Un homme assis dans un hall lors d'une entrevue.

Le président de LiveWell Canada, David Rendimonti, est d’avis que son entreprise est prête à se lancer dans le marché du cannabis. Photo : Radio-Canada

La compagnie souhaite obtenir le feu vert de Santé Canada d’ici cet été.

Avec les informations d’Antoine Trépanier

Voir l’article →

 



< Retour aux articles de presse